Accueil Chimie : additifs lubrifiants Les additifs destinés aux produits pétroliers améliorent leurs propriétés naturelles.

Les additifs destinés aux produits pétroliers améliorent leurs propriétés naturelles.

0
0
154

 

 

Les additifs destinés aux produits pétroliers sont des substances qui, mélangées aux lubrifiants (dans des proportions faibles et jusqu’à 15 à 20 % de leur poids) et aux carburants (dans des pourcentages d’utilisation pour les différents types d’essence de l’ordre de 0.005 à 0.08 %) , améliorent leurs propriétés naturelles ou leur confèrent de nouvelles propriétés physiques ou chimiques.

Ne sont pas considérées comme additifs les substances, telles que colorants, désodorisants, etc.. plus souvent employées pour des raisons commerciales ou fiscales que pour répondre à des exigences techniques d’application, ou pour remédier aux inconvénients de certaines huiles ou carburants.

Il est impossible de dire, marque par marque quelle efficacité possède tel ou tel additif. Il faudrait pour cela les avoir tous testés sur une longue période et de manière comparative (avec ou sans , avec celui-là ou avec un autre). C’est évidemment totalement impossible à réaliser d’autant que les fabricants se gardent bien de proposer ce genre d’essais. Il faut donc leur faire confiance en sachant toutefois qu’un additif est plus ou moins efficace mais qu’il n’est jamais mauvais ni nocif.

L’emploi des additifs débute lorsque l’on constate l’impossibilité d’améliorer par des procédés de raffinage, mêmes complexes, les propriétés des produits dérivés du pétrole. Ainsi, dans le domaine des lubrifiants, en utilisant des substances contenant du plomb et du soufre, on peut réaliser des huiles permettant l’utilisation d’engrenages hypoïdes sur les véhicules automobiles (couple conique). En 1936, l’introduction d’additifs détergents dans les huiles de certains types de moteurs Diesel aux conditions d’exploitation très sévères permet de prévenir le gommage des segments et de réduire, substantiellement, l’usure des moteurs.

En 1921, la découverte du plomb tétra éthyle permet d’obtenir des essences à haut indice d’octane nécessaires aux moteurs fortement compressés. Le progrès technique, dû pour une grande part au perfectionnement des carburants et des lubrifiants, est lié aux études et aux applications des additifs.

On estime qu’une voiture de cylindrée moyenne consomme en un an environ 10 kg d’additifs pour carburants et lubrifiants. En ce qui concerne l’importance de ces produits sur le plan commercial, il suffit de noter que, uniquement pour les États-Unis, la vente d’additifs pour produits pétroliers représentait il y a trente ans déjà 700 millions de dollars.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par JC-GIROUD
Charger d'autres écrits dans Chimie : additifs lubrifiants

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Sinopec pour améliorer l’offre d’huiles blanches.

  Sinopec prévoit de renforcer sa capacité de production d’huiles blanches dans…