Accueil - - - NEWS INDUSTRIE Alfa Laval va lancer des tests de méthanol à grande échelle.

Alfa Laval va lancer des tests de méthanol à grande échelle.

0
0
90

Alfa Laval

 

Des tests majeurs de méthanol en tant que carburant marin commenceront bientôt au centre de test et de formation Alfa Laval à Aalborg, au Danemark. En étroite collaboration avec MAN Energy Solutions et d’autres partenaires, Alfa Laval explorera la possibilité de faire fonctionner le moteur diesel à quatre temps de 2 MW du centre au méthanol – sans modifications ni autre carburant pilote. Le test est la troisième étape d’un projet de recherche en cours financé par l’EUDP danois (programme de développement et de démonstration des technologies énergétiques).

Rendre le méthanol réalisable pour les moteurs standards
Initié il y a deux ans, le projet de méthanol financé par l’EUDP associe Alfa Laval et MAN Energy Solutions à l’Institut technologique danois (DTI), à l’Université technique du Danemark (DTU) et au producteur de biocarburants Nordic Green. Grâce à des recherches conjointes, le consortium cherche à développer un système de carburant au méthanol capable de s’adapter aux moteurs diesel marins d’aujourd’hui. Le méthanol, qui est abondant et à combustion propre, est l’un des carburants non fossiles les plus prometteurs disponibles pour les expéditions futures.

«À l’heure actuelle, la combustion du méthanol nécessite un allumage pilote avec du mazout», déclare Lars Skytte Jørgensen, vice-président, Développement technologique, Alfa Laval Marine Division. «Cela nécessite deux conduites de carburant et différents types de réservoirs de carburant à bord. Si le méthanol provenant de sources renouvelables pouvait être brûlé directement dans des moteurs à compression standard, cela offrirait un raccourci vers une expédition neutre en carbone. »

«Le passage au méthanol à combustion propre sera une étape cruciale dans la décarbonisation de l’industrie du transport maritime», déclare Klaus Petersen, spécialiste des moteurs, performances et optimisation chez MAN Energy Solutions. «Grâce à notre collaboration avec Alfa Laval et les autres partenaires du projet, nous espérons faciliter considérablement cette étape pour les navires.»

La combustion du méthanol dans un moteur diesel non modifié nécessitera un nouveau logiciel de moteur, qui devra être développé par des essais de moteur et travailler avec la modélisation de la combustion.

Les premiers tests du concept sur des moteurs plus petits à l’Université technique du Danemark (DTU) et plus tard à l’Institut technologique danois (DTI) ont donné des résultats prometteurs. Cela a conduit à une expérience à petite échelle avec du méthanol au Centre d’essais et de formation Alfa Laval, en utilisant un seul cylindre du moteur marin de 2 MW du centre.

«Nous étions enthousiasmés par le bon déroulement de l’expérience à un cylindre», déclare Jørgensen. «Et maintenant, nous sommes prêts à procéder à des tests plus larges.»

Fourniture substantielle de méthanol climatiquement neutre
Alfa Laval est bien préparée pour aller de l’avant, ayant déjà équipé le centre d’essais et de formation Alfa Laval de réservoirs et d’équipements auxiliaires pour travailler avec les biocarburants. Les réservoirs ont été préparés pour une livraison exceptionnelle de Nordic Green, qui a fourni le méthanol vert en mars.

«Nous produisons notre méthanol à partir de déchets au lieu d’une nouvelle biomasse», déclare Bo Gleerup, PDG de Nordic Green. «Cela signifie que les prochains tests de combustion seront neutres en matière d’impact CO2 – exactement comme l’opération des navires de demain doit l’être.»

Une fois le carburant arrivé, la première tâche consistera à déterminer comment le gérer à grande échelle. Le méthanol étant un liquide à température ambiante, il peut être stocké dans des réservoirs non pressurisés. Cependant, un point d’éclair bas de 7 ° C rend le méthanol très volatil – malgré le défi de l’allumer par compression. Après avoir mis au point les modalités de manipulation, des tests plus larges de méthanol dans le moteur non modifié commenceront en avril.

Une concentration sur le carburant qui s’étend au-delà du moteur
Pour Alfa Laval, les tests de méthanol font partie de l’avenir du paysage des carburants marins, qui passera de l’accent mis aujourd’hui sur le GNL au méthanol, puis à l’ammoniac renouvelable. Bien que le projet actuel se concentre sur le moteur, il fournit un catalyseur pratique pour un travail de développement beaucoup plus large au Centre de test et de formation Alfa Laval. Le périmètre d’Alfa Laval, tout en excluant le moteur lui-même, comprend de nombreuses applications qui seront influencées par les futurs carburants.

«En ce qui concerne les nouveaux carburants, notre étroite collaboration avec les fabricants de moteurs nous conduit à de nouvelles idées et opportunités», déclare Jørgensen. «Un bon exemple est Alfa Laval PureCool, notre solution pour réduire le glissement de méthane des moteurs GNL, qui a été développée en partenariat avec WinGD. Nos chaudières et autres produits existants seront également utilisés avec du méthanol, nous devons donc faire le même travail que nous avons fait avec le GNL. »

«Nous enquêtions sur la combustion du GNL au Centre de test et de formation Alfa Laval bien avant que le marché du GNL ne commence à bouger pour de bon», souligne Jørgensen. «Comprendre le carburant et son fonctionnement en profondeur est d’une importance capitale avant de mettre quoi que ce soit sur le marché. Il en sera de même pour le méthanol et l’ammoniac. » (Source: https://www.alfalaval.com/industries/marine-transportation/marine/marine-news/large-scale-methanol-testing-to-begin-at-the-alfa-laval-test-training-centre/)

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par JC-GIROUD
Charger d'autres écrits dans - - - NEWS INDUSTRIE

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Gros plan : Cimperial 1070 de Cimcool un fluide soluble polyvalent pour le travail des métaux.

Cimperial 1070 de Cimcool est une huile soluble recommandée pour les opérations d’us…