Accueil - - - NEWS INDUSTRIE L’énergie est «le moteur économique du continent africain»; AOP 2019 Ouvert aujourd’hui.

L’énergie est «le moteur économique du continent africain»; AOP 2019 Ouvert aujourd’hui.

0
0
119

LOGO

 

  • La quatrième conférence annuelle d’Africa Oil & Power (AOP) a débuté aujourd’hui au Cap, en Afrique du Sud.
  • Les élites du secteur se sont réunies pour discuter de l’avenir du secteur de l’énergie en Afrique et engager un dialogue qui permettra au secteur de renforcer sa croissance économique.
  • Guillaume Doane, PDG de Africa Oil & Power, NJ Ayuk, président exécutif de African Energy, SE Mouhamadou Makhtar Cissé, ministre sénégalais du Pétrole et de l’Énergie et SE Gabriel Mbaga Obiang Lima, ministre des Mines et des Hydrocarbures de la Guinée équatoriale, donnent le coup d’envoi des trois programme d’une journée.
  • La conférence et l’exposition AOP se poursuivront jusqu’au 11 octobre au CTICC 1, à Cape Town, en Afrique du Sud. En savoir plus sur www.aop2019.com.

Cape Town, Afrique du Sud, 9 octobre - Se réunissant pour débattre de l’avenir du secteur de l’énergie en Afrique, les ministres du pétrole de tout le continent africain ont débarqué aujourd’hui au CTICC pour la quatrième conférence et exposition annuelle Africa Oil & Power (AOP) qui se poursuivra jusqu’au 11 octobre. , 2019.

Sous le thème #MakeEnergyWork, la conférence AOP de 2019 a pour objectif de stimuler la croissance et le développement économiques en facilitant les discussions clés sur le rôle important du secteur de l’énergie dans la responsabilisation des autres secteurs et la construction d’économies prospères et compétitives.

Commençant par le puissant programme de trois jours, la journée a débuté par les discours de Guillaume Doane, PDG d’Africa Oil & Power; NJ Ayuk, président exécutif de la chambre africaine de l’énergie et SE Mouhamadou Makhtar Cissé, ministre sénégalais du Pétrole; Energy et SE Gabriel Mbaga Obiang Lima, ministre des Mines et des Hydrocarbures de la Guinée équatoriale.

«L’industrie de l’énergie est le moteur économique du continent africain. Nous devons et pouvons faire plus pour attirer plus d’investissements », a déclaré Guillaume Doane, qui a également lancé un défi aux décideurs du secteur en posant d’importantes questions essentielles à la prospérité de l’Afrique.

«Investisseurs, êtes-vous prêt à faire de l’Afrique une priorité plus grande de votre programme de dépenses? Gouvernements africains, êtes-vous prêt à faire le nécessaire pour créer un meilleur environnement pour les investisseurs? Le moment est venu pour l’Afrique de devenir la première destination des investissements énergétiques mondiaux. Nous devons et nous pouvons faire plus », a-t-il déclaré.

SEM Gabriel Mbaga Obiang Lima, Ministre des mines et des hydrocarbures de la Guinée équatoriale, a également prononcé un discours liminaire dans lequel il a souligné le rôle que joue le secteur pétrolier et gazier dans le développement de l’Afrique et a plaidé pour que le secteur de l’énergie soit essentiel à la croissance de l’Afrique. En termes clairs, il a déclaré: «Le pétrole et le gaz sont bons pour l’Afrique. Je vais le répéter encore une fois, le pétrole et le gaz sont bons pour l’Afrique. »Ajoutant que« L’avenir des ressources en Afrique sera le gaz ».

Représentant SE Macky Sall, Président de la République du Sénégal, le ministre Cissé a évoqué le potentiel en hydrocarbures des nations de l’Afrique de l’Ouest et décrit les plans du gouvernement visant à tirer parti de ce potentiel pour parvenir à une plus grande croissance économique: « La vision présidentielle du Sénégal dans le secteur pétrolier et gazier guidé par une clé, objectif: le contenu local », a-t-il déclaré.

«Le contenu local n’est pas seulement un élément remarquable de l’inclusion sociale et de la création d’emplois, il a également un sens du point de vue économique.»

NJ Ayuk a souligné l’importance des nouvelles relations d’investissement et en particulier de la coopération intra-africaine pour que l’énergie contribue à une plus grande croissance économique. Les délégués ont ainsi été invités à participer activement aux exposés et à acquérir une connaissance directe de la richesse des opportunités d’investissement dans des pays comme le Sénégal. Guinée équatoriale, Soudan du Sud et Afrique du Sud.

«Nous devons voir les pays africains s’engager davantage, car le dialogue énergétique intra-africain est resté trop faible compte tenu du potentiel de ressources naturelles de notre continent», a-t-il déclaré.

Les allocutions ont été suivies par le panel du ministre, qui comprenait SE Mouhamadou Makhtar Cissé, ministre du Pétrole et de l’Énergie du Sénégal; L’hon. Fafa Sanyang, Ministre de l’énergie et du pétrole de Gambie; SE Abdirashid Mohamed Ahmed, ministre somalien des ressources pétrolières et minérales et SE Gabriel Mbaga Obiang Lima, ministre des mines et des hydrocarbures de l’Équatorial.

Dans le panel de ministres, intitulé Contestation du statu quo – Mettre l’énergie au service de l’Afrique, animé par Eleni Giokos, rédactrice en chef de CNN pour l’Afrique, le ministre Obiang Lima a exprimé son optimisme quant au retour des investisseurs en Afrique, citant le potentiel en hydrocarbures de l’Afrique comme un atout majeur pour les investisseurs mondiaux. Il a toutefois souligné que le manque d’infrastructures nécessaires dans le secteur de l’énergie en Afrique était l’un des principaux facteurs qui ont freiné les progrès, en particulier dans l’industrie du GNL.

Le pays Obiang Lima a également déclaré que les résultats de l’EG Ronda seraient disponibles à compter du 1er novembre 2019. Il a précisé que son ministère se concentrerait sur le «forage ou l’abandon» en 2019, mais que «2020 investir ou laisser tomber « 

Lors de son entretien AOP, Guillaume Doane a abordé les principaux défis et opportunités dans les secteurs pétrolier, gazier et électrique en Afrique. Il a rappelé à la salle que «l’Afrique continue d’être parmi les premières régions au monde pour les grandes découvertes de pétrole et de gaz. En 2016, cinq des 10 plus grandes découvertes de pétrole ont eu lieu en Afrique. Qu’il s’agisse du Mozambique, de l’Angola, du Sénégal ou de la République du Congo lorsque les entreprises réalisent des forages, elles ont tendance à trouver du pétrole plus fréquemment que la moyenne mondiale. ”

Concernant le secteur de l’électricité, il a déclaré que «le problème de l’électricité en Afrique du Sud et dans le reste du continent nécessitera une libéralisation accrue des marchés, une plus grande privatisation et davantage de partenariats public-privé. Rendre cela possible exigera que nous changions notre état d’esprit autant que nous changeons nos politiques. « 

La conférence AOP se poursuit jusqu’au 11 octobre. Le programme compte notamment le lancement du rapport sur les investissements de la série Africa Energy en Angola, au Sénégal et en Afrique du Sud.

Source : https://africaoilandpower.com/2019/10/09/energy-is-the-economic-engine-of-the-african-continent-aop-2019-opens-today/

En savoir plus et obtenir des mises à jour sur la conférence sur www.aop2019.com .

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par JC-GIROUD
Charger d'autres écrits dans - - - NEWS INDUSTRIE

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Technologies de mise en forme des alliages à haute résistance mécanique

Le professeur Mohammad Jahazi et son partenaire industriel Richard Lahaye, président de So…